Institut National du Travail, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle

Partenariats

La Mission Santé-Sécurité au Travail dans les Fonctions Publiques (MSSTFP) a été créée le 1er juillet 2008.
Au sein de la fonction publique, elle a pour objet de développer des actions de formation, de professionnalisation et de promotion de la santé et de la sécurité au travail ainsi qu'une activité plus générale d'ingénierie et développement sur ces problématiques.

Elle se considère comme partie prenante des réflexions, des actions relatives à la qualité de vie au travail. Elle inscrit ses actes, ses actions et ses activités dans un cadre éthique, théorique et pratique, une démarche Qualité et Professionnalisation durable qu'elle a définie et consultable sur le site de la MSSTFP ( Responsabilité et principes fondateurs).

Cette mission, en liaison avec la DGAFP, a en charge le dispositif de professionnalisation des inspecteurs/trices de la santé et sécurité au travail de la Fonction Publique (labellisée le 13 janvier 2011 par le comité de labellisation de l'École de la GRH de la DGAFP puis validée par les membres de la Commission centrale hygiène et sécurité du Conseil supérieur de la Fonction Publique d'État le 27 octobre 2011).

Les acquis, les expériences, les nouvelles connaissances ont vocation à être réinvestis dans les autres activités et vis-à-vis des autres publics dont a la charge la Mission (Chefs de service, Assistants et Conseillers de prévention, membres des CHSCT). Ils viennent enrichir les réflexions sur ce dispositif.

Objectifs et enjeux

La Mission SSTFP a pour ambition et objectifs de :

  • contribuer à la préservation de la Santé et la Sécurité des agents de la Fonction Publique ainsi qu’à la qualité de vie au travail ;
  • mobiliser des partenariats, des compétences et des moyens pour développer des formations, des expérimentations et des actions de promotion de la Santé - Sécurité au Travail dans les Fonctions Publiques.

L’enjeu, à travers la mise en place de ces nouvelles actions, est tout à la fois de répondre à une obligation réglementaire, de pouvoir inscrire ces actions comme participant à l’évolution des politiques de prévention au sein des fonctions publiques et enfin, de permettre la professionnalisation des acteurs de prévention en matière de SST.